Vous essayez de mieux reconstruire ? Écouter les femmes de la Gen Z

Les filles et les femmes de la génération Z ont été durement touchées par la pandémie, en particulier celles qui sont confrontées à des obstacles accrus en raison de leurs expériences vécues en matière de genre, d’âge, d’identité sexuelle, d’ethnicité et de religion, et de leur situation économique et sociale.

Selon un rapport de la RBC datant de la fin de 2020, parmi les femmes au Canada, deux groupes d’âge clés quittent la main-d’œuvre en nombre notable : les jeunes femmes, et les femmes les plus susceptibles d’élever de jeunes enfants.. En fait, la taille de la population active des femmes âgées de 20 à 24 ans a diminué d’environ 4,6 % de février à octobre, alors même que la participation des jeunes hommes à la population active du même groupe a rebondi.

À l’échelle mondiale, l’Enquête sur les jeunes et Covid-19 de l’Organisation internationale du travail (OIT) des Nations unies https://www.cnbc.com/2020/08/12/ilo-nearly-half-of-young-people-have-lost-income-due-to-the-crisis.html a estimé que l’impact de la crise du coronavirus sur les jeunes était « systématique, profond et disproportionné ».

Pourtant, la génération Z est aussi une force puissante pour un changement systémique et durable. Elle commence à entrer dans la vie active et représentera bientôt plus d’un tiers de la population mondiale, certains estimant que, dans quelques années, elle constituera un quart de la main-d’œuvre mondiale.

Pour vraiment reconstruire en améliorant, les entreprises et les organisations doivent s’assurer que les voix des filles et des femmes de la génération Z jouent un rôle actif dans le processus de reconstruction. Ne pas inviter les filles et les jeunes femmes dans toute leur diversité à la table de prises de décisions, c’est ne pas créer de changement durable en matière d’égalité des sexes sur le lieu de travail.

Nous avons écouté de jeunes dirigeantes qui ont offert certaines mesures concrètes que votre entreprise ou votre organisation peut prendre pour investir et soutenir les filles et les femmes de la génération Z dans vos efforts de reconstruire en améliorant :

  1. Investissement et soutien aux jeunes femmes PANDC (Personnes Autochtones, Noires et de Couleur), les immigrantes et les collectivités à faible revenu. Lancez des programmes et des processus d’embauche qui ciblent et soutiennent les femmes de ces communautés, et assurez-vous qu’elles sont mises en place pour réussir au fur et à mesure qu’elles sont intégrées dans votre organisation.
  2. Création de programmes de formation ou de certificats pour faire de votre milieu de travail un environnement d’apprentissage et de perfectionnement professionnel continu. Après une année de possibilités de développement personnel et de formation réduites, beaucoup de femmes et de filles peuvent avoir l’impression qu’elles n’ont pas assez de connaissances ou de compétences pour postuler ou exercer des rôles de leadership dans le marché du travail — des programmes comme ceux-ci peuvent aider à lutter contre ce syndrome de l’imposteur.
  3. Création de programmes de mentorat pour que les femmes et les filles s’enrichissent les unes les autres de leurs expériences et perspectives respectives. Les jeunes femmes bénéficient de soutien et d’autonomisation. Les programmes de mentorat créent un espace formalisé pour établir une relation réciproque où les deux parties peuvent échanger des connaissances et des expériences.
  4. Création de possibilités de stages de premier échelon réalistes et rémunérés pour les jeunes femmes qui entrent sur le marché du travail. Les possibilités rémunérées sont essentielles pour que les jeunes femmes de tous horizons socioéconomiques puissent accéder à des stages.
  5. Offre de plus de flexibilité et d’heures de travail à domicile. Beaucoup de femmes luttent pour équilibrer les engagements familiaux et la progression professionnelle. Une des leçons de la COVID-19 est que le travail peut souvent être flexible et fait à la maison.
  6. Création d’initiatives pour écouter activement les femmes qui entrent sur le marché du travail. Les hiérarchies et les structures de pouvoir peuvent être profondément ancrées dans les lieux de travail, de sorte que la mise en place d’un sondage anonyme ou d’un formulaire de rétroaction permettant aux jeunes employées de partager leurs sentiments dans l’environnement de travail est essentielle pour soutenir la génération Z. Votre entreprise pourrait même organiser des tables rondes ou des séminaires publics annuels ou semestriels avec les jeunes femmes comme public cible pour entendre leurs éclairages et leurs idées.
  7. Investissement dans les programmes communautaires actuels qui visent à offrir aux jeunes femmes les compétences nécessaires pour être des candidates compétitives. Il existe de nombreux organismes qui aident directement les jeunes dans leur parcours professionnel. Investir dans ces programmes, surtout financièrement, aidera à atteindre plus de femmes de génération Z.

Si les entreprises et les organisations investissent dans cette génération de jeunes femmes en ce moment critique, elles stimuleront la croissance économique nécessaire pour stimuler la relance suite à la COVID-19 tout en faisant avancer l’égalité entre les genres dans le milieu de travail canadien.   Ensemble, nous avons toutes et tous une occasion unique de relancer le progrès vers les Objectifs de développement durable et de construire une meilleure vie normale — où chaque fille grandit dans l’égalité, la justice et le plein accès à ses droits.